Cover Image

Saverne accueillera une antenne du CNAM : une bonne nouvelle pour le développement de l'alternance et de l'enseignement supérieur sur le territoire

octobre 2, 2019 - Temps de lecture: 4 minutes

Le Cnam a dévoilé jeudi 26 septembre 2019, en présence de Muriel Pénicaud, Frédérique Vidal et Jacqueline Gourault, les 55 premières villes « moyennes » qui accueilleront un espace d’accès à la formation dans le cadre de son programme Au cœur des territoires. Fruit d’un appel à manifestation d’intérêt lancé dans le cadre d’un partenariat avec le programme national Action Cœur de Ville, le Conservatoire national des arts et métiers (Cnam) a dévoilé jeudi 26 septembre 2019, en présence de Muriel Pénicaud, ministre du Travail, de Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation et de Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales, les 55 premières villes « moyennes » qui accueilleront un espace d’accès à la formation dans le cadre de son programme Au cœur des territoires. De toutes tailles et de tous profils socio-démographiques, ces villes lauréates, dont 67% sont situées en territoires d’industrie, représentent l’ensemble des régions métropolitaines ainsi que des collectivités d’outre-mer.

Cette première vague de sélection fait suite à la réception de 85 candidatures, soit 38% des villes du programme Action Cœur de Ville (ACV). Après une phase de consolidation, les différentes candidatures ont été analysées puis sélectionnées par un jury composé de représentants du Conservatoire, de la direction du programme ACV, de Villes de France, de l’Assemblée des communautés de France et de la Banque des territoires. Les villes qui n’ont pas été sélectionnées pourront bénéficier d’un accompagnement sur mesure leur permettant de finaliser leur projet afin de pouvoir ouvrir un site lors d’une seconde vague d’ouvertures.

Au cœur des territoires a été lancé en janvier dernier par Olivier Faron, administrateur général du Cnam, pour accompagner la transformation des compétences et des métiers, donner à chacun les clés pour devenir acteur de son parcours professionnel mais aussi fournir des solutions adaptées aux enjeux économiques et sociaux de chaque bassin d’emploi. Le 1er avril dernier, une convention signée par Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales et Olivier Faron associait officiellement Au cœur des territoires au programme national Action Cœur de Ville. Ce partenariat permet aux 222 villes bénéficiaires du plan ACV d’inscrire le déploiement de nouveaux cursus à vocation professionnelle dans leur convention locale leur offrant ainsi la possibilité de mobiliser facilement les financements Cœurs de Ville nécessaires à la mise en œuvre des centres Cnam Au cœur des territoires.

Cet ambitieux programme de déploiement au plus près des besoins des individus, des entreprises et des collectivités territoriales se traduira, à l’horizon 2022, par la création d’une centaine de nouveaux espaces d’accès à la formation dont à minima 75 dans les villes ACV, le développement de l‘offre de formation et d’enseignement supérieur étant un des axes prioritaires de ce programme interministériel Action Cœur de Ville.

"C'est une excellente nouvelle pour l'ensemble du Pays de Saverne, Plaine et Plateau" s'est réjoui Stéphane Leyenberger, Maire de Saverne et président du pays de Saverne, Plaine et Plateau. "Nous avons besoin de mobiliser tous les outils disponibles pour répondre aux besoins de nos entreprises et de nos habitants, le CNAM viendra enrichir l'offre avec des formations que nous souhaitons monter en concertation étroite avec les entreprises locales".

Description de l’image

Consultez le dossier de presse

Villes lauréates : Auvergne-Rhône-Alpes : Aurillac, Montélimar et Roanne Bourgogne-Franche-Comté : Chalon-sur-Saône, Nevers et Vesoul Bretagne : Fougères, Morlaix, Quimper et Saint-Brieuc Centre-Val de Loire : Bourges et Vierzon Corse : Bastia Grand Est : Châlons-en-Champagne, Charleville-Mézières, Chaumont, Colmar, Épinal, Lunéville, Saint-Avold, Saint-Dié-des-Vosges, Saint-Dizier, Saint-Louis, Saverne, Thionville, Troyes, Verdun et Vittel Guadeloupe : Basse-Terre Guyane : Saint-Laurent-du-Maroni Hauts-de-France : Beauvais, Château-Thierry et Maubeuge Ile-de-France : Coulommiers, Montereau-Fault-Yonne et Les Mureaux Mayotte : Mamoudzou Normandie : Cherbourg-en-Cotentin, Dieppe et Saint-Lô Nouvelle-Aquitaine : Cognac, Marmande et Niort Occitanie : Alès, Montauban et Sète Pays de la Loire : Chateaubriant-Derval, La Roche-sur-Yon et Saumur Provence-Alpes-Côte d’Azur : Brignoles, Grasse et Manosque La Réunion : Le Port et Saint-Joseph Collectivité de Saint-Martin : Saint-Martin


Cover Image

Evolution de l'emploi sur notre zone d'emploi entre 1998 et 2016

juin 26, 2019 - Temps de lecture: 2 minutes

L'INSEE a publié fin avril les estimations d'emploi par zone d'emploi et secteur d'activité de 1998 à 2016 pour les 321 zones d'emploi de France.

L'analyse de ces données pour notre territoire est intéressante.

Entre 1998 et 2016, nous avons gagné 4667 emplois mais 98% de ces emplois ont été gagnés avant la crise de 2008. On note une croissance de l'emploi sur la période beaucoup plus forte (+18%) qu'en moyenne alsacienne (+7.5%).

Les secteurs d'activités n'ont pas évolué de la même manière sur ces années.

  • Le premier constat est celui de la tertiarisation de notre économie avec + 5778 emplois répartis globalement pour moitié dans le tertiaire marchand et pour moitié dans le tertiaire non-marchand. On notera le paradoxe entre ces plus de 3000 emplois gagnés dans le secteur non-marchand et le sentiment largement partagé de disparition des services publics sur les territoires ruraux. La crise de 2008 a eu un réel impact sur le secteur tertiaire puisque la progression de l'emploi a été beaucoup moins soutenue après la crise : 73% des emplois tertiaires marchands et 84% des emplois du tertiaire non-marchand ont été gagnés avant 2008.
  • le deuxième est celui de l'industrie qui perd 1622 emplois passant de 38% de l'emploi total du territoire en 1998 à 26%. Une situation à relativiser :
    • beaucoup d'emplois tertiaires jadis au sein des entreprises industrielles sont aujourd'hui externalisés (transport, ménage, sécurité...)
    • la perte de 18% d'emplois industriels est à mettre en parallèle avec la perte de 31% des emplois industriels sur l'Alsace
    • l'industrie représente encore 26% de l'emploi local contre 12% au niveau alsacien
  • le troisième concerne **la construction dont les effectifs progressent de 9% entre 1996 et 2007 pour perdre ensuite plus de 21% entre 2007 et 2016.

Description de l’image

Description de l’image


Cover Image

Bonne participation à la première réunion du club RH

juin 25, 2018 - Temps de lecture: ~1 minute

17 entreprises - totalisant près de 3000 emplois sur le territoire - étaient présentes le 22 juin à la Maison de l'Emploi et de la Formation de Saverne pour cette première réunion du club RH de l’arrondissement de Saverne.

Les problématiques ressources humaines au sens large figurant au premier plan des préoccupations des entreprises du territoire, les initiateurs de la démarche ont souhaité ouvrir un espace de dialogue permanent inter-entreprises avec pour objectifs de • Partager des informations et des bonnes pratiques • Améliorer collectivement la fluidité du marché du travail local par des actions concertées ciblées.

Les participants confirment l’intérêt de la démarche à laquelle ils adhèrent et dès la première réunion, pas moins de 7 propositions opérationnelles sont retenues (à découvrir dans le compte-rendu de la réunion).

Prochain rendez-vous du club RH :

vendredi 16 novembre 2018 de 8h30 à 10h00
Maison de l'Emploi et de la Formation 16 rue du Zornhoff à Saverne

Si vous voulez vous incrire, utilisez le formulaire d'inscription.

A bientôt !

Description de l’image